La touche Paris Popup

S’il y a une conclusion que je je tire de ma première expérience Paris Popup, c’est que les vins de Provence sont propices à la fête, aux rires entre amis et à prolonger un été qu’on a pas vu passer!

Puis, toujours ce que j’observe depuis que je réfléchis davantage à toute cette obsession grandissante que nous avons pour la nourriture: des plats préparés avec passion, quels qu’ils soient, suscitent la discussion, abolissent les frontières et créent des amitiés. En cette ère numérique ou nous sommes continuellement connectés, branchés, en ligne, cette obsession pour la nourriture trahit ce besoin humain de rencontres en chair et en os pour échanger autrement que par des émoticons.

Lors de ce Paris Popup au Bouchon du Pied bleu, les conditions idéales étaient réunies pour découvrir le talent du chef Harry Cummins et la finesse des accords mets-vins que la sommelière Laura Vidal nous réservait avec les vins de Provence. On avait véritablement l’impression qu’ils faisaient partie du « staff » régulier du Bouchon, tant par leurs personnalités relaxes et leurs sourires que par leurs plats, tout en fraîcheur et en saveur.

Menu - Paris Popup visite Le Pied bleu

Menu – Paris Popup visite Le Pied bleu

1er service
Tortillita de crevettes
Melon d’eau, fromage frais, olives séchées
Vin: Domaine des Terres Promises, Apostrophe, Coteaux Varois en Provence 2012

Quand je vous disais fraîcheur, c’est pas mal ça. Les températures estivales sont derrière nous, mais les saveurs de ces deux entrées, combinées à un rosé bien frais, nous donnent une dose de soleil instantanée!

2e service
Tomates, coquillages, céleri
Vin: Dupéré Barrera, Nowat, Côtes de Provence 2011 (blanc)
Vin: Château Vignelaure, Côteaux d’Aix-en-Provence 2013

On nous présente ce deuxième service comme une inspiration clamato, des palourdes faisant office de coquillage. Leur goût est très subtil, et comme nous sommes en pleine saison des récoltes, le goût des tomates explose en bouche. J’ai beaucoup aimé le mariage de goût avec le rosé, pas du tout sucré, bien sec, au goût et aux arômes délicats.

Tomates, coquillages (palourdes), céleri – façon Clamato

Tomates, coquillages (palourdes), céleri – façon Clamato

3e service
Homard, concombre, herbes marines
Vin: Château Sainte-Marguerite, Symphonie, Côtes de Provence 2013

La salicorne et la sabline ont la part belle dans cette assiette – je me promets d’imiter cette recette dès que possible chez moi, avec un rosé, s’il vous plaît!

4e service
Agneau, aubergines fumées, romarin
Vin: Domaine de la Réaltière, Pierre Michelland, Coteaux d’Aix-en-Provence, 2012 (rouge)

On demeure dans la délicatesse, même si on dit agneau et rouge. Pour la viande, la portion demeure digeste et le rouge n’est pas trop costaud, mais plutôt épicé avec des notes poivrées qui lui donnent assez de personnalité pour soutenir l’agneau et le fumé de l’aubergine.

Domaine de la Réaltière, Pierre Michelland, Coteaux d'Aix-en-Provence

Domaine de la Réaltière, Pierre Michelland, Coteaux d’Aix-en-Provence

5e service
Faisselle, bleuets sauvages, miel
Vin: Château des Muraires, Côtes de Provence 2013

La simplicité dans toute sa splendeur et sa saveur, accompagnée d’un rosé très pâle – alors qu’en lisant miel, on pourrait penser à un dessert très sucré, il n’en n’est rien. C’est aérien.

6e service
Maïs, verveine, cerises de terre
Infusion d’herbes de Provence

L’infusion balance parfaitement ce dernier service, qui contient de petits grains de popcorn – wow! C’est la deuxième fois qu’on me propose du popcorn au resto dans un dessert, l’autre endroit étant Légende de La Tanière dans le Vieux-Port.

Maïs, verveine, cerises de terre

Maïs, verveine, cerises de terre

Pour vivre une marque expérience
Ce que l’on retient?

  • Que les rosés de Provence ne sont pas sucrés à outrance: ils sont délicats, élégants, bien typés, craquants, aux robes claires, translucides, souvent saumonées.
  • Que les rosés sont à découvrir: on parle plus facilement des blancs et des rouges, mais les rosés, ça reste encore à faire. Il faut s’exercer l’odorat, et le goût!
  • Qu’on peut oser les mariages rosés-mets.
  • Qu’on est vraiment chanceux d’avoir salicorne et sabline à notre portée – il faut en profiter quand on en trouve.
  • Que la rencontre culinaire est souvent synonyme de rencontre de passions.

C’est en fait pour moi la façon idéale de déguster de nouveaux vins: en accord avec de la nourriture, le vin prend une autre dimension. L’atmosphère de la soirée crée en outre des souvenir avec chaque vin, ce qui rend leur souvenir plus durable.

Je vous encourage sincèrement à profiter du prochain passage de Paris Popup. La soirée m’a permis de découvrir d’excellents vins, et je me promets de poursuivre mon exploration de cette région vinicole. En plus, j’ai trouvé le couple derrière Paris Popup absolument charmant! Des vœux pour une prochaine édition? Peut-être serait-il possible d’offrir la formule sur plus d’une soirée, histoire que les équipes soient moins surchargées et qu’on puisse avoir davantage d’information sur les vins et les plats. Ce serait vraiment la seule chose qu’on pourrait souhaiter: à mes yeux, la soirée était savoureuse!

Un très très grand MERCI aux Vins de Provence pour cette invitation délicieuse, et chapeau! à Harry Cummins, Laura Vidal, Louis, Thania et toute leur équipe du Pied bleu qui ont travaillé « la pédale dans le fond » toute la soirée pour assurer une soirée parfaite!

Publicités

Une réponse à “La touche Paris Popup

  1. Pingback: Les suggestions vins pour les Fêtes de Oenopole | Sylvie Isabelle·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s