Le Omnivore World Tour: pour l’industrie ou les foodies?

Je termine ma série de billets sur le Omnivore par un long billet sans photos! Bonne lecture!

Personne ne sort jamais gagnant du jeu des comparaisons. Par contre, en participant pour la première fois au Omnivore après avoir participé à la mise sur pied des 3 premières éditions du FoodCamp de Québec, c’était impossible pour moi de ne pas dresser un parallèle entre les deux événements.

Débutons par ma conclusion
Je crois que les deux événements sont entièrement différents. Le FoodCamp est un événement centré sur le participant, et vise à rassembler et à partager. C’est la rencontre qui prime, entre participants, mais aussi entre l’industrie, les chefs et les participants. Tout est pensé en fonction des participants: comment les accueille-t-on? Les gens attendront-ils trop longtemps, sauront-ils où se diriger, comprendront-ils le déroulement de la journée? Y a-t-il assez d’écrans pour que tous puissent voir? Est-il possible de trouver des commanditaires pour offrir du café, un déjeuner, des petits cadeaux à l’entrée? Y a-t-il un moyen d’offrir le lunch (à 500 participants, s’il vous plait!)? Le profil des exposants est-il assez diversifié, est-ce que leur produits sont de calibre pour intéresser les gens? Et surtout, surtout… s’organiser pour faire monter 500 bouchées à chacune des 9 ou 10 présentations de façon à ce que chaque participant goûte à la recette préparée sur scène.

Le Omnivore, c’est complètement différent. L’événement est centré sur les chefs, pensé pour eux, et la démonstration des tendances qui émergent dans l’industrie. Un foodie passionné pourra y trouver son compte (comme vous l’aurez constaté à la lecture de mes billets)… mais en spectateur simplement, et non en tant que participant, comme il peut l’être au FoodCamp. On ne goûte pas aux plats préparés devant nous (à moins de jouer du coude et d’être prêt à piger dans la même assiette que 20 inconnus). On découvre les parcours des chefs, leurs préoccupations, leurs intérêts, leurs visions de la gastronomie, des tendances… On écoute.

Je dois dire que le Omnivore m’a aidé à prendre conscience que nous étions vraiment un peu fous en nous lançant dans l’organisation de la première édition, et même de celles qui ont suivies. Il faut dire par contre que le FoodCamp est organisé à Québec, par des gens de Québec, une fois par année (mais de façon bénévole et à travers leur boulot à temps plein quand même). Omnivore organise quant à lui plusieurs événements par année et a le défi supplémentaire de les organiser en bonne partie à distance.

Spectateur vs participant je crois que cela vient clairement positionner chacune des expériences vécue à chaque événement.

Est-ce à dire qu’un événement est meilleur que l’autre?
Non – les objectifs sont différents, les expériences sont différentes. Il faut tout simplement aborder chaque événement différemment. Après tout, pourquoi faudrait-il que tous les événements soient conçus pour monsieur-madame-tout-le-monde?
Si vous me demandez, c’est TANT MIEUX!

Là où les deux événements se rejoignent, c’est dans leur volonté de laisser la notion de compétition de côté pour laisser place entière à la découverte, à l’inspiration et à la rencontre.

Les bénévoles – la clé du succès
Voici ce qui, je crois, a contribué en grande partie au succès du FoodCamp – les bénévoles. Tant à la SAT qu’au FoodCamp, j’ai vu les bénévoles trimer très très dur. Et la disposition des lieux à la SAT ne facilitait pas forcément le travail des bénévoles du Omnivore, qui devaient, en 5 minutes, arriver près de la scène avec leur chariot (en traversant les spectateurs qui se bousculent pour prendre une photo du plat), débarrasser le plan de travail, le nettoyer, le remonter et repartir avec leur chariot. Pas facile, croyez-moi!

1 ou 2 jours?
Jusqu’à présent, le FoodCamp est concentré sur une journée. Le Omnivore s’étale sur 2 jours – il est possible de se procurer des billets à la journée ou à la demi-journée, et la première présentation est à 11h. L’arrivée au FoodCamp se fait à 8h.

Je dois avouer que débuter la journée à 11h, c’est vraiment très appréciable – on est plus reposé, la journée est moins longue…

La rencontre
Comme je l’écrivais plus haut, un élément qui était très intéressant au Omnivore, c’est la rencontre des chefs. 2 univers gastronomiques qui se rencontrent, se découvrent et créent quelque chose de nouveau, d’inattendu, qui ne se serait pas produit autrement. C’est quelque chose que je trouve très porteur, et c’est pourquoi je souhaite vraiment participer à au moins un Maudit Souper l’an prochain.

D’ailleurs, c’est là une tendance pour les prochaines années en gastronomie – la rencontre. Pas forcément entre deux chefs, mais aussi entre un chef et des produits locaux. À titre d’exemple, le Pop up Paris du chef Harry Cummins et de la sommelière Laura Vidal, qui se promène de ville en ville, à travers le monde, qui occupe un resto à chaque endroit et qui concocte un repas à partir de produits locaux. Comme quoi la bouffe est un vecteur de rassemblement, d’ouverture et de rencontre.

Les pop-ups poppent de partout
Le Omnivore a son Roasted Pop up, je viens de vous parler du Pop up Paris… L’ami Francis de Tranchedepain.com a bien raison quand il nous disait que le mot « pop up » allait être la prochaine tendance en gastronomie. Et j’irais plus loin – ça sera dans tous les domaines que nous serons mitraillés de pop-ups! En mode, en arts, etc.

En résumé… à l’année prochaine!
Difficile de vous dire que je n’ai pas aimé le Omnivore, avec tout ce que j’écris là-dessus – pas seulement à cause de l’événement, mais aussi à cause de tout ce qui l’a entouré. Je me promets de répéter l’expérience l’an prochain, et d’en profiter encore davantage. Objectifs: bouffe, amis, rencontres, découvertes et fous rires!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s