Retour sur le FoodCamp 2015

Les 18 et 19 avril derniers, j’en étais à ma première VRAIE participation au FoodCamp de Québec… et je me suis amusée comme une petite folle! Je crois qu’au cours des 3 premières éditions, auxquelles j’ai participé en tant qu’organisatrice, nous avions chaque fois franchi un nouveau cap en amenant l’événement plus loin. Cette année, l’organisation a vraiment fait un GROS pas de géant – je n’ose pas imaginer combien ils sont épuisés maintenant que l’événement est terminé, mais ils peuvent fièrement dire mission accomplie!

En bonne blogueuse culinaire, je vous livre ici mes impressions en rafale… C’est LOIN d’être exhaustif: pour plus de détails sur les présentations, je vous conseille le blog de Hungry Rachel qui fait un bon boulot pour les résumer.

Preuve que l’événement a franchi une étape importante: une présence grandissante de participants de Montréal et de l’extérieur de Québec, de même qu’une couverture télé avec Radio-Canada, et TVA.

Mes coups de cœur (il y en a plusieurs!)
Jonathan Garnier de La Guilde culinaire:
Pour la première année, Francis Laplante a délaissé l’animation au profit de Jonathan Garnier – premier bon coup. Sympathique, drôle et efficace, l’homme de télé a permis un déroulement en douceur, notamment au niveau des tirages des prix de présence. J’avais un peu peur que ça alourdisse le rythme, mais pas le moins du monde.

J’ai déjà hâte de planifier mon prochain séjour à Montréal autour d’un atelier à La Guilde culinaire!

Louis Pacquelin de Panache: La foule était conquise dès les premiers instants par l’air angélique du jeune homme – je vous laisse imaginer le murmure horrifié quand, sans avertissement, il s’est mis à défaire un homard vivant à mains nues! Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne se laisse désarçonner par rien. Un peu stressé au début, il a rapidement pris ses aises et a fait sienne la scène du FoodCamp, avec humour et talent.

J’étais une adepte des dîners de Panache auparavant, et je le suis encore davantage maintenant.

Patrice Plante de L’Atelier: le mixologue de Québec était en grande forme – dangereusement en forme! De sa présentation, je retiens que dans un mojito, « on n’écrase pas la menthe, on l’applaudit! » (et aussi l’expression ASV, mais ça n’a rien à voir avec la mixologie). En collaboration avec le gin The Botanist et Cointreau, on nous a servi à la fin des journées des drinks absolument délicieux!

Patrice Plante en grande forme!

Patrice Plante en grande forme!

Mon souper chez Légende en compagnie d’amis blogueurs: cette année, comme souper de FoodCamp, nous avions décidé de profiter de l’événement Québec Exquis qui bat son plein pour visiter Légende. Ce fût une soirée mémorable, en excellente compagnie – je vous en reparle dans un prochain billet!

Jérôme Ferrer de Europea: calme et humble, M. Ferrer a su nous donner des trucs très terre à terre. Même si son établissement offre une cuisine gastronomique, il nous a donné le truc de cuisiner des plats mijotés pour une personne dans un pot Masson. Pour moi qui cuisine normalement pour une personne, et qui amène mon lunch au bureau, c’est une révélation! C’est certain que j’essaie ça bientôt!

Jérôme Ferrer nous a aussi expliqué comment faire de la charcuterie maison

Jérôme Ferrer nous a aussi expliqué comment faire de la charcuterie maison

David Forbes (Ciel!), Émile Tremblay (Légende) et Louis Bouchard (Le Pied bleu, Le Bouchon et Le Renard et la chouette): comme le chef Antonio Park s’était désisté au cours des jours précédent l’événement, David Forbes a accepté de le « remplacer » à pied levé. J’utilise ici les guillemets, parce que le chef du Ciel! nous a livré un discours inspiré et senti, et qu’on a eu droit à un 3 pour 1 puisque ses acolytes Émile Tremblay et Louis Bouchard sont venus le rejoindre sur scène pour compléter en direct l’assemblage des 500 bouchées.

Question de bien clore ma première expérience: cette bouchée au crabe et au foie gras a été ma préférée!!!

Les bénévoles: ils étaient présents en nombre impressionnant cette année. Côté service en salle, un des gros défis logistiques, ils ont été impeccables et souriants!

Mes achats chez La Pincée et chez Madépices: par les autres années, je n’avais pas une minute à moi pour aller magasiner chez les exposants. Cette année, je me suis approvisionnée en épices et mélanges parfumées chez mes deux fournisseurs préférés, La Pincée et Madépices. La saison des BBQ augure très bien!!

Le gravlax: présent dans deux bouchées, je sens que je ne serai pas la seule à m’en faire bientôt. Et si vous avez un morceau de gravlax qui a un peu trop d’âge au frigo, pourquoi ne pas le congeler et le râper sur vos plats de pâtes ou vos salades pour une savoureuse neige de gravlax?

Mon coup de gueule: #lesgens
Sérieusement, rien ne vaut un événement qui réunit une foule pour se rendre compte à quel point les gens peuvent manquer de savoir-vivre. Solidement. Au déjeuner, certains empilaient assez de charcuteries pour 4 personnes dans leur assiette, se foutant bien que les gens qui arrivent plus tard aient encore quelque chose à se mettre sous la dent.

Au sortir d’une présentation, un immense étalage de sacs de croûtons était installé à la sortie de la salle. Au lieu de prendre UN sac, certains en ont pris 2, 3, voire 4.

Dans le salon des exposants et dans le salon dégustation, vins (2 ou 3 stations) et cocktails (2 stations) étaient offerts – on parle au maximum de portions de 1 once. Pouvez-vous m’expliquer comment on a pu voir des personnes en état d’ébriété, si ce n’est qu’ils ont abusé, sans se soucier d’en laisser pour les autres?

Encore une fois, j’ai été consternée de voir comment le savoir-vivre était en voie de disparition. En tant que société, on doit vraiment se questionner. Ma mère me disait souvent « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ». Elle avait bien raison. Il me semble qu’on devrait rééduquer certaines personnes, et leur apprendre que leur comportement a des répercussions sur les autres.

Vous avez rempli votre assiette pour 4 au déjeuner? Vous êtes repartis avec 3 ou 4 sacs de croûtons? Vous étiez saoul à la fin de la journée (et vous criiez vos commentaires aux chefs sur scène à tue-tête)? Votre comportement est dommageable pour les événements auxquels vous participez, incluant le FoodCamp – vous finirez pas les faire disparaître, car on dépensera le budget disponible à chercher des façons de vous contrôler plutôt qu’à en mettre plein la vue aux participants. Sentez-vous mal.

Pour terminer sur une note plus positive, je vous laisse sur des images qui vous exprimeront comment le FoodCamp, c’est le Noël des gourmands!

Vous voulez être de l’édition 2016 ou suivre les activités du FoodCamp de Québec?
www.FoodCampQuebec.com (abonnez-vous à l’infolettre!)
Facebook
Twitter

Publicités

9 réponses à “Retour sur le FoodCamp 2015

  1. Pingback: 5 idées originales pour ne pas vous faire voler votre chaise au Foodcamp | Foodista en mission·

  2. Pingback: Le phénoménal FoodCampQc édition 2015 (1e partie) | Mission Cuisine Urbaine·

  3. Pingback: Un spectaculaire Foodcamp 2015 | Harnois à la carte·

  4. Pingback: Un énorme merci ! - FoodCamp Québec·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s