Le Bureau de poste – réflexions personnelles

L’arrivée du Bureau de poste dans le quartier Saint-Roch a fait grand bruit: l’article qui a levé le voile sur ce tout nouveau resto du secteur sur MonSaintRoch.com a généré 4000 mentions « J’aime » sur Facebook… et a déclenché les passions! Très vite, on a décrié le fait que cet établissement ne s’approvisionne pas localement, que la nourriture est trop salée, que les plats sont mal exécutés… Bref, le côté un peu tranché des blogueurs foodies qui m’irrite un peu (beaucoup en fait) s’est attaqué de plein fouet au commerce où tous les plats sont offerts à 4,95$, parfois avant même de l’avoir visité. Sans parler qu’on leur a souligné leurs fautes de français (flagrantes, il faut l’avouer) sur les réseaux sociaux avec une force de frappe digne d’une escouade antiterroriste.

Une mise en contexte s’impose: le Bureau de poste ne prétend pas à la grande gastronomie. Ça m’étonnerait même qu’il prétende à la gastronomie tout court. Mais si vous cherchez un endroit où 1) siroter une bière en 2) discutant avec des amis tout en 3) grignotant quelque chose dans une ambiance d’après-ski sans vous ruiner, vous aimerez l’endroit. Dans cet ordre.

Si vous voulez savourer des bières de microbrasseries locales, n’y allez pas.
Si vous avez envie d’un vin d’importation privée, n’y allez pas.
Si vous cherchez un endroit où on cuisine des produits de saisons, n’y allez pas.
Si pour vous chaque repas doit être digne de l’émission Les Chefs!, n’y allez pas.

Il faut prendre le Bureau de poste pour ce qu’il est: un endroit sympathique et sans prétention, et rien d’autre. Il me ramène directement aux restos-bars que je fréquentais au début de la vingtaine parce que je n’avais pas les moyens d’aller ailleurs – et j’en garde un excellent souvenir.

Qu’est-ce qu’on y mange?
Pour ma part, j’ai goûté aux quesadillas, au mac’n cheese avec bacon, à un burger/frites, à la poutine sauce à l’érable et bacon et aux beignets du facteur.

Était-ce les meilleurs quesadillas que j’aie mangé? Non, mais ils étaient bons, meilleurs qu’à bien des endroits où on charge le double, la portion était très généreuse pour 4,95$ et j’ai tout mangé sans me faire prier.

Était-ce le meilleur mac’n cheese que j’aie mangé? Non, mais il était bon, meilleur qu’à bien des endroits où on charge le double et où on échappe la bouteille d’huile de truffe dedans, la portion était très généreuse pour 4,95$ et je n’ai pas réussi à terminer mon assiette parce que je n’avais plus faim.

J’ai goûté au burger et à la poutine d’amis qui mangeaient avec moi: non, ce ne sont pas des frites fraîches, mais elles sont bonnes. Certains disent que c’est beaucoup trop salé (un plan machiavélique pour qu’on boive davantage de bière et ainsi augmenter les profits): je ne m’en suis pas rendue compte, et si j’ai commandé une deuxième bière, c’est parce que j’avais envie de continuer à profiter de l’endroit. Je ne me suis pas levée en pleine nuit pour boire de l’eau non plus.

Ce qui m’a plu?
Les beignets du facteur me rendront accro à l’endroit – tous ronds, frits et encore bien chauds, roulés dans le sucre, et servis avec une sauce caramel, ils ont tout pour me plaire! En fait, je crois que j’ai enfin trouvé un digne successeur aux beignets au chocolat frits que Le Cercle avait sur sa carte à son ouverture il y a plus de 5 ans et qui ont disparus, à mon grand désarroi. Pour 4.95$, dois-je le répéter!

J’ai aussi beaucoup aimé le dernier item sur la carte – on peut choisir de payer une bière au personnel des cuisines!

La carte des shooters est aussi impressionnante – je me promets d’en essayer quelques-uns lors d’une prochaine visite.

Enfin, j’y retournerai pour l’accueil – pas prétentieux, sympathique, souriant, pas compliqué pour deux sous. Être bien reçu, c’est toujours agréable… et ça ne va pas toujours de soi!

Pourquoi je trouve les critiques clairement exagérées?
Il y a un aspect que les partisans de la qualité gastronomique absolue et en tout temps oublient: ce local change de vocation à répétition. Je crois que ça serait bénéfique pour le quartier d’avoir un commerce qui réussisse à survivre à cet emplacement et qui participe à l’économie du secteur, notamment en créant des emplois. En plus, je crois qu’on doit tout de même reconnaître le travail et les efforts mis à rénover le local et toutes les autres étapes que comporte l’ouverture d’un resto.

Pour ceux qui s’inquiètent des restaurants qu’on aime et qui se font un point d’honneur à s’approvisionner localement et à nous offrir des plats recherchés, je ne crois pas que le Bureau de poste leur fasse vraiment du tort. Personnellement, je vais continuer à les fréquenter: la cuisine du Bouchon, de l’Affaire est Ketchup, de La Gueule de Bois ou du Clocher Penché est suffisamment de qualité et unique pour que je continue à les privilégier. Je ne crois pas que j’aie une furieuse envie d’un burger du Bureau de poste d’ici peu: j’irai en manger un avec plaisir quand j’aurai envie de passer un bon moment avec des amis sans ressortir avec une facture de 60-70$.

D’ailleurs, la clientèle de ces établissements sera totalement différente.

Je décroche de la critique
Pour moi, être foodie n’égale pas forcément devoir critiquer sans merci chaque détail d’un plat. Je peux avoir autant de plaisir à manger un grilled cheese qu’à savourer un plat du Saint-Amour. Je crois que le plaisir de manger réside dans l’expérience autant que dans le goût. Et j’avoue…. Je fais régulièrement trop cuire mes pâtes et mes patates, j’adore le pâté chinois tout ce qu’il y a de plus traditionnel, et il m’arrive de demander à ma mère de me faire du baloney cuit dans la poêle quand je vais souper chez mes parents. J’aime le pain à la viande de chez Ashton. J’adore m’offrir un trio-deux-cheeses chez McDo.

J’ai une nette préférence pour les restos qui ne se prennent pas pour autre chose qu’un resto.

D’ailleurs, avoir un espace sur le web est à la portée de quiconque a accès à Internet et ne fait pas d’un blogueur une sommité de bon goût. Je crois que nos propos se doivent d’être nuancés. Il ne faut pas oublier que tout foodie n’est pas blogueur, et qu’écrire sur un blog n’est qu’une façon d’émettre une opinion personnelle… et non universelle.

Et en fait, mettez-moi aux fourneaux au Bureau de poste et LÀ vous aurez certainement quelque chose à critiquer! 🙂

Publicités

24 réponses à “Le Bureau de poste – réflexions personnelles

  1. Pâté Chinois, baloney, pain à la viande… tout était bien jusqu’à ce que je lise « J’adore m’offrir un trio-deux-cheeses chez McDo ». Je n’ai rien contre le fast food relativement sain mais j’ai une sainte horreur des empoisonnements alimentaires à la « McDo ». 😉 J’adore votre blog tout de même! 🙂

  2. Excellent billet! Une formule gagnante mérite sa place dans le quartier et le Bureau de poste semble faire ce qu’il faut pour se tailler une place. Le Bureau de poste arrive avec quelque chose d’en effet surprenant avec les prix. Une bouffe sympa sans tomber dans la gastronomie totale avec un budget très abordable, pourquoi pas! Il me restera juste à l’essayer.

  3. J’adore ton billet !!
    Je n’ai pas encore été au bureau de poste mais ma soeur si.
    Et je retrouve un peu de ses commentaires dans ce que tu as écris.
    Je suis d’accord avec toi, même quand on est un fin gourmet on peut apprécier les choses simples de la cuisine sans que ce soit nécessairement un menu gastronomique.
    La simplicité a aussi une agréable saveur.
    Une formule ou tout est à 4.95 il me semble que cela va de soit que ce ne sera pas des ingrédients hors de prix ou du commun.
    Le mot que tu n’oses pas dire dans ton billet mais que j’entends est « snobisme » culinaire.
    Et je trouve dommage qu’il y ait du snobisme relatif à la bouffe.
    Ce qui devrait être simple, convivial…Et juste bon dans y’eule ça existe.
    Désolé pour la vulgarité mais ça peut remettre les priorités au bons endroits parfois.
    Bref j’adore ton billet !!

  4. Il fut un temps ou je voyais s’installer dans St-Roch des commerces hors de prix. Du moins hors de prix pour beaucoup de gens qui habitaient à cet époque le quartier. Cela m’attristait un peu à ce moment là. Quelques habitants ont eu l’impression de se faire voler leur quartier. En même temps comme j’habite le quartier St-Sauveur et que j’ai certains moyens financiers j’étais très heureuse de voir le quartier se revitaliser. Devenir « groundé » Devenir le quartier des bo-bo. Maintenant que les clocher penché, l’affaire est Ketchup et La gueule de bois de ce monde ont pignon sur rue de façon bien établi. Je regarde le bureau de poste s’installer avec son menu abordable, d’une agréable façon. Comme si le vieux St-Roch et le Nouvo St-Roch créait un équilibre entre ce qu’il a été, ce qu’il est devenu et ce qu’il aspire à devenir.

  5. Il est faut qu’il n’y pas d’approvisionnement local ! Plusieurs produits sont locaux comme les pommes, certains formages et légumes, certains pains…La finalité du Bureau de Poste n’est pas de l’être à 100%. Par exemple les bières Tremblay des Brasseurs GMT et Boreales sont des bières de qualité….les épices de Montréal sont aussi du Québec…Par contre, les Bières de l’Okanagan…Les vin des USA comme les Fetzer fumé blanc, le bœuf de l’Alberta sont d’excellents produits même s’ils ne sont pas du 418 !!! Le Bureau de poste est sans prétention et livre un produit de qualité…. Ce n’est pas trop salé ça c’est vrai ! Il faut dire que le chef  »Matt » de Vancouver est un chef de grande réputation ayant travaillé dans des resto 5 étoiles dans le passé. Ce génie culinaire gagne encore de grands concours de chef aujourd’hui. Il y a huit ans ce dernier s’est fait demandé de relever un défi de taille: concevoir un menu à 4.95$ qui est rentable et de bonne qualité. La marge de profit du bureau de poste et basé sur le volume d’achat et de vente. Du volume il y en a au Bureau de Poste, car il est le tout dernier frère de cette famille de huit au Canada (les autres portent des noms différents).

    • Vous remarquerez que j’ai supprimé la dernière partie de votre commentaire: j’ai conservé ce qui apportait une nuance à mon texte et de l’information additionnelle.
      Meric d’avoir réagi!

      • Si tu modifie ce que le monde écrit c’est pas super ! Même que tu diriges leurs propos ou les contrôles ? c’est quoi ton blogue, de l’opinion ? de l’objectivisme ? Es-tu nutritionniste ou littéraire ? Philosophe …..certainement pas !

      • Rectification: j’ai supprimé la dernière partie de votre commentaire, je n’ai rien modifié – nuance! 🙂
        Depuis que je tiens ce blog, c’est la 2e fois seulement que je fais ça: vous êtes une exception (pour ne pas dire exceptionnel)!
        Je ne tolère pas les attaques sur mon blog – je le mentionne d’ailleurs dans ma bio: « Rabats-joie, casses-pieds et autres nuages noirs s’abstenir. ». C’est mon espace, je peux donc en faire ce que je veux. Vous pouvez vous-même avoir un blog où vous pourrez vous-même faire ce que bon vous semblera, même tutoyer les gens que vous ne connaissez pas.

        Si vous me faites d’autres commentaires sur ce ton, ils ne seront malheureusement pas publiés – ça s’arrête ici.
        Bonne journée!

  6. Très bon billet Sylvie! En fait, comme tu le dis, c’est vraiment un endroit sans prétention où il fait bon d’aller se remplir la panse! J’ai adoré ton commentaire : Si pour vous chaque repas doit être digne de l’émission Les Chefs!, n’y allez pas. J’ai bien ri! Comme si tout le monde mangeait des plats gastronomiques à la semaine longue. Je me permets d’en douter!

  7. C’est ma dixième fois au bureau de poste
    Je travail trop près et il me dépanne souvent
    J’ai gouté au quesadillas, à la poutine au lardon à l’érable, doigts de poulets, crevette à l’ail, perogies, salade de betteraves et chèvre,mac n’ cheese , au 2 desserts proposé et finalement le burger végé !

    C’est bon et pas cher

    Faut pas s’attendre à du mcdo

    Mais j’ai quand même d’agréable surprise à découvrir leurs plats

    Seul bémol c’est l’achalandage…

    LE SEUL !!!

    C’est salé ? Qu’est-ce qui ne l’est pas ?

    Et comme tout bon restaurant; on ne vas pas manger à chaque jours….

  8. Pingback: Restaurant Le Bureau de Poste | TrancheDePain.com·

  9. La nourriture y est excellent seul bémol, a mes yeux, la musique y est trop fort, ce qui oblige la clientèle a parle plus fort. pour la bouffe ca vaut le coup, mais manger en bonne compagnie est discuter la c’est plus difficile…
    Nourriture 9.5/10
    ambiance 2/10 (musique et bruit de fond beaucoup trop élevé a mon amis
    service 10/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s