Êtes-vous prêt pour le Dîner en Blanc?

Comme moi, vous avez certainement entendu parler du Dîner en Blanc qui en sera cette année à sa troisième édition le 15 août. Comme moi, vous avez peut-être passé votre tour en vous disant que ce n’était pas pour vous, que c’était certainement trop cher, qu’il fallait sans aucun doute être « pluggé » pour pouvoir y participer, que c’était une activité de couple… C’est que plusieurs choses se disent à propos du Dîner en Blanc: j’ai eu la chance de rencontrer M. André Auger, organisateur de l’événement depuis sa première édition à Québec, qui m’a donné réponse à toutes mes questions!

J’ai donc appris une foule de choses qui ont changé ma perception de l’événement et piqué ma curiosité.

Voici donc tout ce que vous devez savoir à propos du Dîner en Blanc.

Non, le Dîner en Blanc et le Festin dans le champ, ce n’est pas la même chose!
Pour tout savoir sur le Festin dans le champ, c’est par ici!

Le Dîner en Blanc, c’est quoi?
Le Dîner en Blanc est un événement international qui a vu le jour à Paris il y a 25 ans. à l’époque, 6 amis se sont réunis pour un repas dans un parc de la Ville Lumière, pour le simple plaisir de s’approprier un lieu public l’espace d’un instant. Ce soir-là, ils ont convenu de refaire l’expérience l’année suivante, chacun devant à son tour inviter d’autres convives à vivre l’expérience. Cette idée un peu folle a pris de l’ampleur d’année en année: le Dîner en Blanc de Paris réunira cette année près de 11 000 participants! Des événements similaires se tiennent à travers le monde: en Europe bien entendu, mais aussi à Niagara, Vancouver, New York, Vegas…

Cette année, le Dîner en Blanc de Montréal se déroulera en même temps que celui de Québec, le 15 août. À Québec, on devrait compter de 1500 à 2000 participants (entre 25 et 45 ans, grosso modo) qui prendront un bus de l’un des 8 points de départ pour se rendre dans le lieu secret en question. Il est à noter que les participants ne savent pas en embarquant dans le bus où est cet endroit secret.

Ça sert à quoi?
C’est simple comme tout, comme le sont souvent les bonne idée : le seul but est d’investir un endroit « secret » pour partager un repas de qualité au cœur d’une des plus belles places de  la ville, en compagnie de ses meilleurs amis.
Le plaisir, purement et simplement: ça peut sembler difficile à croire de nos jours, mais voilà ce qui motive l’organisation de l’événement.

Ça doit coûter cher…
Détrompez-vous: l’inscription est au coût de 35$/personne. Souvenez-vous qu’il y a un transport en autobus d’inclus. Et il faut aussi savoir que pour chaque « couple », une table et deux chaises sont fournies. Pour la petite histoire: plusieurs d’entre vous savez que je fais partie de l’organistion du FoodCamp et que nous organisons une journée de conférences gastronomiques à chaque année. Hé bien laissez-moi vous dire que tout ça pour 35$, ce n’est pas cher payé.

Ensuite, c’est à vous de voir jusqu’où vous désirez aller pour votre soirée: souhaitez-vous amener votre propre repas ou Repas Pur -2013? Achèterez-vous une tenue extravagante, ressortirez-vous votre robe de mariée, achèterez-vous votre tuxedo blanc sur eBay, dénicherez-vous une petite tenue vintage dans une fripperie? Sky is the limit, comme on dit, ou plutôt: vous pouvez aller aussi loin que votre imagination et votre fantaisie vous permettront d’aller!

Est-ce que la personne qui nous accompagne doit être du sexe opposé?
Une réponse claire: s’il est vrai que c’était la règle il y a 25 ans, ce n’est plus le cas aujourd’hui. La seule condition, c’est d’y aller en « couple ». Peu importe qu’on soit en couple, gay ou non! Voilà une bonne chose de réglée!

Est-ce qu’on doit être « branché » pour participer?
L’inscription au Dîner en Blanc se fait en trois temps.
Tout d’abord, les participants de l’édition précédente reçoivent un code pour s’inscrire: bon an, mal an, 50% des participants reviennent.
Puis, ces participants de l’édition précédente ont la possibilité d’inviter une autre tablée de deux personnes: ces inscriptions se font dans la deuxième vague.
Enfin, si on ne connait pas de participants de l’édition précédente, il est possible de s’inscrire sur une liste d’attente. Pour cette dernière vague d’inscriptions, c’est donc premier arrivé, premier servi: les inscriptions se font selon l’ordre d’inscription à la liste d’attente.

Qu’est-ce qu’on doit amener?

  • Un panier contenant des mets de qualité et de la « vraie » vaisselle.
  • Son repas, à moins de profiter des services de traiteurs.
  • Une bouteille de champagne et une bouteille de vin par tablée (2). Aucune bière ou spiritueux.
  • Les participants doivent porter des vêtements blancs élégants.
  • L’originalité est appréciée, si la tenue est chic et de bon goût.

Je peux mettre ma robe crème?
Hey non. Blanc, c’est blanc!

On trouve ça où, des pantalons pour homme blanc???
Riez tant que vous voulez, mais pour moi, c’est là le plus grand obstacle de cet événement! On m’a assuré que ça se trouvait dans plusieurs magasins pour hommes!

Pis s’il pleut?
La maudite météo – on est donc tanné d’en entendre parler! Pour le Dîner en Blanc, on est clair: l’événement a lieu beau temps, mauvais temps. On recommande de se munir d’un parapluie.
Mais M. Auger est optimiste: en 25 ans, il semble qu’il n’a jamais plus lors d’un Dîner en Blanc. Légende urbaine? On verra le 15 août!

Pourquoi est-ce que, moi, je vais participer

  • Parce que j’ai bien l’intention de crinquer mes collègues foodies qui seront de la partie, Francis de TrancheDePain.com et Véronique de MissPapila.com, de rivaliser d’originalité pour notre repas. Foie gras poêlé, Francis? Même pas game!
  • Parce que j’ai vraiment envie de vivre cette soirée magique et un peu folle. Même si M. Auger assure qu’il n’y a pas de compétition entre les différentes villes pour l’édition la plus unique et exceptionnelle, avouons qu’on aimerait bien pouvoir se vanter d’avoir l’édition la plus spectaculaire!
  • Parce que, en tant qu’une des organisatrices du FoodCamp, je suis excessivement curieuse de voir comment on peut coordonner 1500 personnes: notre événement a reçu 300 participants à chacune de ses éditions, et tous les membres du comité organisateurs ont la broue dans le toupet toute la journée!
  • Parce que je soupçonne qu’on doit retrouver à cette événement un des ingrédients qui font le succès du FoodCamp: le plaisir de se rencontrer! Aussi simple que ça!
  • Enfin, et surtout, par très très grande curiosité: avant de nous quitter, M. Auger a eu la gentillesse (diabolique, je dirais), de nous donner un indice quant au lieu de l’événement du 15 août. La première édition avait eu lieu à la Gare du Palais, au pied de la fontaine de Charles Daudelin. La deuxième édition a eu lieu à la fontaine de Tourny. Ainsi, s’il y avait un peu de verdure dans ces deux endroits avec des terrains gazonnés à proximité, M. Auger nous assure que, cette année, l’endroit sera tout ce qu’il y a de plus urbain. Je soupçonne donc un endroit béton!

Alors, les paris sont ouverts. Vite comme ça, je me verrais bien toute de blanc vêtue avec 2000 autres personnes sur le Pont de Québec… Ou pourquoi pas, sur une piste d’atterrissage de l’aéroport de Québec? Ou encore sur l’une des bretelles abandonnée de l’autoroute Dufferin… C’est Hubert Reeves citant un scientifique célèbre qui disait: vos idées ne sont pas assez folles pour avoir une chance d’être vraies!

Quoi que si la tradition se maintient, il faudrait plutôt chercher une fontaine!

Vous avez des idées d’où ça pourrait être (allez, au pire, on donne des idées à M. Auger pour l’an prochain!)? Est-ce qu’on s’y voit?

Vous voulez y aller?
Pour les inscriptions et tous les détails: quebec.dinerenblanc.info
Pour suivre les développements du Dîner en Blanc: facebook.com/DinerEnBlanc.Quebec

Publicités

12 réponses à “Êtes-vous prêt pour le Dîner en Blanc?

  1. J’en serai à mon 3e avec un plaisir fou. Pour « le blanc homme », c moins facile mais je pense que ça fait partie du rituel tellement agréable de la préparation de l’évènement (les fringues, la bouffe, etc). Le plus difficile pour « le blanc homme » est le soulier blanc chic … Pour le champagne, ce n’est pas obligatoire. Quant au reste, je me rappelle que lors de la première fois, il tombait des cordes 20 minutes avant le départ et finalement, le miracle s’est fait. Des parapluies blanc ? Mais si. Où ? Euhhh …. Dollarama … Mais si ! 🙂

    • Merci Gérald!!! On s’y verra peut-être!
      J’ai bien hâte de vivre l’expérience! Faut dire que, pour unenfemme, le blanc, c’est moins complexe!
      Déjà, avec Francis et Véronique, on se planifie notre menu!!

  2. J’y suis à ma 2e année et jamais je m’y passerai! Il faut dire que j’ai été 2 ans sur la liste d’attente avant.
    Il est à noter que la table, chaises et nappes ne sont PAS inclus. On doit apporter tout, et surtout rapporter tout tout tout. On est pas obligé de prendre l’autobus non plus car il y a plusieurs points de rencontre dans les stations de métro.

  3. Pingback: Serez-vous du 3e Dîner en Blanc ? | TrancheDePain.com par Francis Laplante·

  4. Pingback: Pique-niquer tout de blanc vêtue | Harnois à la carte·

    • Absolument pas madame Hébert!
      Je vous dirais que la moyenne d’âge, selon mes humbles estimations, doit se situer autour de 45 ans – c’est vraiment une approximation. J’ai toutefois vu des gens dans la vingtaine, ainsi que des gens qui avaient certainement la soixantaine.

      Côté ambiance, certes, il y a la piste de danse et le DJ – si vous n’appréciez pas cette activité, vous n’avez pas à y prendre part. Hier soir, je n’ai pas eu le temps de m’y rendre. À aucun moment la musique ne nous a obligé à parler en criant.

      Pour vous situer, mes parents ont tous deux 66 ans: ils auraient facilement pu prendre part à l’activité (quoiqu’il m’aurait certainement fallu beaucoup d’imagination pour convaincre mon père de porter des pantalons blancs!).

      Au fil des activités « foodies » auxquelles j’ai participé au cours des dernières années, j’ai constaté une chose: la nourriture crée des liens spontanés entre les gens. Vous vous retrouverez probablement à jaser des recettes que vous avez préparées pour l’événement avec les gens de la table d’à côté, ou à échanger sur de bonnes adresses, peu importe leur âge.

      L’important dans ces activités, que ce soit le Festin dans le champ, le Dîner en blanc, les FoodCrawls ou encore le FoodCamp, c’est l’ouverture aux autres, le plaisir de faire de nouvelles rencontres et d’échanger sur un thème de départ!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s