Au Tournebroche, y’a pas que du poulet…

Je vous ai déjà parlé du Tournebroche, une rôtisserie haut-de-gamme sous la houlette des proprios du Patriarche, qui a ouvert ses portes sur la rue Saint-Jean au printemps. L’établissement recevait quelques foodies la semaine dernière pour leur faire (re)découvrir le menu, en constante évolution depuis ses débuts.

Pour commencer, petit tour en cuisine avec la chef Deborah, toute charmante avec son accent du nord de la France, qui nous explique comment elle prépare se crème brûlée, en l’occurrence à saveur érable et bacon pour ce soir-là. Le truc: laisser les lardons infuser 24h à froid dans la crème, puis chauffer presque jusqu’à ébullition, mais sans faire bouillir et passer ensuite au chinois pour en extraire le maximum de saveur. Les lardons peuvent ensuite être ajoutés dans une omelette, afin de limiter le gaspillage.

Ça a l’air si simple que je crois bien que je me vais me réessayer bientôt à en refaire chez moi!

Puis, petit arrêt dans le salon fraîchement rénové de l’hôtel du Vieux-Québec – j’avoue que je me serais volontiers installée au coin du feu avec un café et mon tricot. Un mot sur ces rénos, d’ailleurs: encore peu connu, le look hôtel-boutique récemment adopté par l’établissement nous donne envie d’un séjour cocooning pour s’y reposer au cœur de la ville, qu’on soit de Québec ou d’ailleurs!

Avec un verre de blanc de la Cuvée William du vignoble Rivière du Chêne (excellent!), on découvre ensuite deux partenaires de longue date du Tournebroche: Fou du Bio (qu’on connait car ils ont un point de vente au marché du Vieux-Port) et la vinaigrerie traditionnelle CassisIsle d’Orléans de St-Jean, sur l’ile d’Orléans. Ces derniers nous ont présenté leur mère vinaigre, une gélatine de bactéries qui se développent dans le vinaigre et qui interviennent dans sa fabrication en transformant l’éthanol en acide acétique: rendu là, c’est un peu geek pour moi!

On passe ensuite aux choses sérieuses – le menu du Tournebroche!

J’aime:
La sauce de style « poutine »: juste assez salée, elle rehausse très bien les frites.
Le poulet: incontournable de l’établissement, et pas pour rien, heureusement. On nous sert ce soir-là le quart de volaille, cuit à point, juteux (du poulet sec, c’est un drame!), qui s’effiloche tout seul. La peau détachée est bien grillée et se savoure pleinement et facilement.
Le ramequin de sauce: plutôt que de verser la sauce sur le poulet et les frites au service, on sert la sauce dans un ramequin, ce qui nous permet de « saucer » notre poulet et nos frites à notre guise.

Mes coups de cœur au Tournebroche:
Les meilleurs « doigts » de poulet en ville: depuis l’ouverture, c’est ce qui me fait craquer. Je n’en n’ai jamais assez. Parfaits pour les enfants, mais tout aussi savoureux pour les adultes. C’est la combinaison parfaite: chapelure craquante et bien goûteuse et blanc de poulet juteux à souhait.
Les crèmes brûlées: nous sommes dans une rôtisserie, mais les crèmes brûlées (mon dessert préféré!) règnent sur la carte, les saveurs alternant selon le jour de la semaine. J’aime particulièrement celle au gingembre et chocolat blanc (alors que je n’aime pas le chocolat blanc d’ordinaire) et celle au chocolat au lait et lime. La création du jour à l’érable et bacon goûte trop le bacon à mon goût et pas assez l’érable, mais c’est loin d’être l’opinion de Francis de TrancheDePain.com qui jubile franchement. Il semblerait que Deborah travaille en ce moment à une version de crème brûlée au pain d’épices – j’ai bien hâte de découvrir ça!

Pourquoi j’y retournerai?
Pour les dîners: Le Tournebroche est un endroit relax et convivial et c’est tout à fait l’ambiance que je recherche pour dîner quand je vais au resto. En plus, Guy, l’un des proprios, m’a mis l’eau à la bouche en me parlant de son parmentier de poulet et de son tartare de saumon (oui, un tartare de saumon dans un rôtisserie!). Attention, le menu midi change une fois par semaine: il n’est pas garanti de trouver ces items sur le menu.

Et j’y retournerai bien entendu pour les fameux doigts de poulet – j’en achèterais une caisse!

Pour d’autres textes d’amis blogueurs, lisez TrancheDePain.com, Hungry Rachel et Du Rififi dans mon assiette.

Vous voulez y aller?
Le Tournebroche
1190, rue Saint-Jean
Québec, Québec   G1R 1S4
(418) 692-5524
Sur Facebook
Sur Twitter
Sur Instagram

Merci à toute l’équipe du Tournebroche, à Fou du Cochon, à Cassis’Isle d’Orléans et à Pointcomm communication stratégique pour cette invitation et le privilège de redécouvrir le Tournebroche entourée d’amis foodies!

Publicités

6 réponses à “Au Tournebroche, y’a pas que du poulet…

  1. Bel article,
    Si je peux me permettre j’y vois deux erreurs de frappe un peu dérangeante:
    La création du jour à l’érable et bacon coûte trop le bacon…
    J’imagine qye tu veux dire GOÛTE 🙂

    Et
    en me parler de son parmentier

    J’imagine en me parlant et non parler 🙂

    Je dis ça comme ça pour améliorer le tout j’espère ne pas te vexer

  2. Pingback: Le Tournebroche : l’art de redéfinir la rôtisserie | Harnois à la carte·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s